René Doyon



Le télescope spatial James-Webb: le compte à rebours est lancé

Le télescope spatial James-Webb est le successeur du prestigieux télescope Hubble. D’un diamètre de 6,5m, ce télescope infrarouge sera lancé à 1,5 million de kilomètres de la Terre pour une mission scientifique d’une durée de cinq à dix ans. Le Canada, l’un des principaux partenaires de ce projet avec les États-Unis et l’Europe, fournit l’un des quatre instruments scientifiques. Le développement de Webb va bon train et toute la communauté astronomique mondiale se prépare activement pour le lancement prévu en octobre 2018. Cette présentation fera le point sur l’état d’avancement du développement du télescope et donnera un aperçu du programme scientifique de l’équipe scientifique canadienne qui inclut notamment des observations permettant de détecter l’atmosphère d’exoplanètes semblables à la Terre qui sont propices à l’apparition de la vie.




Biographie




René Doyon est professeur titulaire au département de physique de l’Université de Montréal, directeur de l’Observatoire du Mont-Mégantic et directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx).

Ses principaux champs de recherche sont l’étude des exoplanètes ainsi que le développement d’instrumentation astronomique d’avant-garde spécialisée dans la détection et la caractérisation d’exoplanètes. Il fait partie de l’équipe scientifique qui a obtenu la première photographie d’un système planétaire multiple à l’extérieur de notre système solaire. Il est le chercheur principal canadien pour le développement et la construction de l’un des quatre instruments scientifiques du futur télescope spatial James-Webb (JWST). L’instrument canadien du JWST est notamment conçu pour détecter l’atmosphère d’exoplanètes et en déterminer la composition chimique en vue d’y détecter de l’eau, la molécule essentielle au développement de la vie. René Doyon a reçu de nombreux prix pour l’excellence de ses travaux et de ses recherches.